Ad vitam æternam

Aujourd’hui sur le blog, j’avais envie de quelque chose de différent.

En fait Mon blog je le vois comme une sorte de journal, quelqu’un à qui je pourrais parler, qui je l’espère ne me juge pas, m’écoute seulement. Bien évidement il est publié et donc toutes ces petites choses sont mises aux yeux d’autrui, mais bon ce n’est  pas pareil, un écran  crée de la distance, mais internet crée un rapprochement avec nos lecteurs et lectrices … Bref un blog c’est peu et beaucoup à la fois dans ma vie !

Il y a peu, j’ai eu l’occasion de rencontrer plein de filles formidables, plein de bloggeuses que j’ai appris à connaître notamment via Twitter …  En un rien de temps avec ma copine/ bloggeuse Lelou, nous avons organisé un week-end pour réunir du monde, se voir, échanger…

Bref l’engouement s’est vite présenté et nous voilà à nous voir sur Dijon, gentiment hébergé par Melle Lelie du Blog The Purple Fairy Book.

J’ai vécu un super week-end, suis repartie avec des souvenirs plein la tête et la joie se voyait dans mes yeux.

Quelques heures après être rentrée, je rassure mes parents par téléphone, ne leur ayant donné quasi aucune news pendant le week -end, arf !

Une fois soulagé de voir que leur fifille était bien rentrée saine et sauve, ma maman m’annonce une triste nouvelle … Mon Grand Père est décédé … enfin pas mon Grand Père à proprement parlé, du côté de ma Maman je ne les ai jamais connus … Mais plutôt le frère de son père, qui a remplacé ce rôle de Papy principalement quand j’étais enfant/ ado …

Allez BIM !  Un décès dans les dents et là la joie du week-end redescend très vite. Mais peu après ces quelques larmes c’est la colère qui monte !

Trois semaines auparavant mon Papa a perdu également son oncle, qui plus est s’appelait aussi Roger. Non mais c’est dingue à 3 semaines d’intervalle mes parents perdent le même membre de leurs familles.

 Source : Google Images 

Je suis en colère mais en colère pourquoi ?

Une grande question me taraude … Sommes-nous vouer à souffrir et à voir les gens qu’on aime partir ? Sommes-nous obligés d’en passer par là … effectivement mes parents m’ont très vite expliqué que l’on ne pouvait pas faire autrement et que c’était la VIE. On l’apprend assez rapidement au cours de notre enfance.

Mais bon sang pourquoi la VIE est-elle si injuste ? Nous fait-elle souffrir ? Ne nous propose pas assez de temps pour profiter des instants que l’on pense éternels ?

Pourquoi ne sommes-nous pas prévenus de ce qu’il va se passer ?

Mon raisonnement est très idéaliste, je le sais. Je ne demande pas de jugement ou autre, juste parfois j’aimerais crier et avoir des réponses à des questions totalement incompréhensibles et qui ont juste pour réponse «  c’est comme ça… »

Et puis je ne sais pas pourquoi mais j’ai un rapport un peu particulier avec la mort. J’ai une impression de « standby« , comme ci pendant un temps nous serions séparé et qu’un jour on me dirait  » c’est bon tu peux aller le/la voir elle est là »   Comme si ce n’était pas fini, juste une aparté

Ces personnes me manquent, j’aurais aimé que ma Grand-mère, mon Grand-Père, ma voisine, les amis de mes parents, ma copine d’école primaire… soient encore là et que l’on partage ces jolis moments que la vie nous offre.

Source: Google Images 

Je suis en colère parce que la vie est trop courte et que chacun doit répondre à un destin totalement inconnu, qui est écrit quelque part mais que l’on se doit de ne pas connaître pour ne pas devenir parano.

On manque souvent d’argent ou d’autres choses qui au final peuvent paraître futiles, car ce qui nous manque en vrai c’est le temps.

Le temps et la conscience de nous dire : profites-en, demain ce sera peut-être fini. Tout nous paraît figé, éternel et acquis. Rien ne nous prévient d’un tel évènement, sauf en cas de maladie où là la vie nous rappelle à l’ordre et nous donne un peu le temps de nous dire «  je vais en profiter un peu avant … »

Oui nous sommes voués à voir ceux que l’on aime partir, voués je crois que nous sommes voués à souffrir le temps d’un instant, de quelques mois voire plus.

Nous en sommes peut-être voués mais je crois que je ne serai jamais prête à gérer ces évènements !

Publicités